Visite d’Hobart, capitale de la Tasmanie 


Australie, Tasmania, Visites, Voyage / dimanche, février 19th, 2017

Hello! Chose promise, chose due, voici un article sur la visite d’Hobart, la capitale de la Tasmanie. C’est une ville assez petite à elle toute seule, mais son agglomération compte environ 212 000 habitants contre 518 500 pour la Tasmanie. Nous y avons passé une petite semaine ce qui nous a permi de bien sentir l’ambiance de la ville.

Le bilan ? C’est apaisant. La ville est à la fois tranquille et dynamique, avec un petit côté ville déserte parfois mais sans rien de pesant. En cette saison il fait beau donc les gens vont sur le bord de mer, dans les parcs, à la montagne, à la pêche, ou juste boire un verre en terrasse. C’est une ville où l’on s’est senti très bien, et que l’on peut facilement découvrir à pieds en une journée si l’on n’a pas trop de temps. Sinon, trois à quatre jours suffisent pour bien visiter Hobart. Je vous ai préparé un petit itinéraire qui compile mes attractions préférées.

[Jour 1] Visiter Hobart en express

Pour tout vous avouer, c’est Thibault qui a complètement organisé notre premier jour sur place, et il l’a très bien fait. Le mieux est donc que je vois raconte directement ce que nous avons fait ce jour là. 

Visite d'Hobart - Salamanca Market - Le Salon d'Embarquement

Nous sommes arrivés à Hobart samedi dernier (le 4 février donc) et ça tombait bien puisque samedi c’est jour de marché ! Le Salamanca Market se tient chaque semaine juste à côté du port de Hobart. C’est une attraction touristique incontournable, pas parce qu’il est pittoresque mais parce que l’on y trouve toutes sortes de produits locaux à emporter en souvenir… Ou à déguster sur place ! Vous l’aurez compris, très peu de fruits et légumes sur ce marché, mais plutôt de l’artisanat et des food trucks. Impossible de partir sans se laisser tenter par une petite douceur !

Visite d'Hobart - Salamanca - Le Salon d'Embarquement

Visite d'Hobart - Salamanca - Le Salon d'Embarquement

Après le marché et un bon repas, nous  avons continué notre visite d’Hobart en nous promenant dans le Salamanca Art Center. C’est un lieu avec des petites boutiques d’artisans ainsi que des ateliers d’artistes. Nous avons beaucoup aimé regarder les tableaux des galeries d’art et les objets des créateurs locaux.

Après cela, nous sommes allés boire un capuccino à Pigeon Hole sur les recommandations du Lonely Planet. Le capu était très bon et le café hyper mignon ! Je crois que si j’habitais à Hobart il deviendrait mon repère…

Visite d'Hobart - Pigeon Hole - Le Salon d'Embarquement

Visite d'Hobart - Pigeon Hole - Le Salon d'Embarquement

De là, nous avons visité le quartier de Battery Point. Nous avons trouvé Hobart visuellement charmante puisqu’on peut s’y balader au milieu de bâtiments anciens et qu’il y a une certaine cohérence dans l’architecture. Battery Point, c’est le quartier le plus joli de Hobart de ce point de vue là ! Pas étonnant qu’on y trouve salons de thé à foison. Après avoir visité tant de villes avec peu de charme architectural, ça fait du bien de trouver un joli coin.

Visite d'Hobart - Batterie Point - Le Salon d'Embarquement

Visite d'Hobart - Batterie Point - Le Salon d'Embarquement

Pour finir la visite de la ville, nous avons longé le front de mer et la marina, ce qui a fini de nous faire tomber sous le charme de la ville.

Visite d'Hobart - Marina - Le Salon d'Embarquement

[Jour 2] Entretenir son esprit et son corps

Attention, longue journée ! Avec un peu de culture et l’incontournable Mt Wellington. Impossible de visiter Hobart sans passer par son sommet.

Tasmanian Museum and Art Gallery

Ce musée est assez différent de ce à quoi je m’attendais. Il s’agit en fait plus d’une « gallerie culturelle » avec des expositions explicatives sur les animaux ou des coutumes aborigènes que d’une gallerie d’art. Quand nous y sommes allés, deux expositions temporaires occupaient les projecteurs : la première à propos d’un incendie ayant ravagé la région de Hobart en 1967 et la seconde à propos de kanalaritja, la tradition aborigène de création de colliers de coquillages.

Pour être honnête, c’est l’exposition permanente sur l’Antarctique que j’ai préférée. Les expositions temporaires semblaient plus destinées aux locaux qu’aux touristes, d’une part en raison de leur affect et d’autre part en raison des explications qu’avec mon regard extérieur je n’ai pas forcément trouvées accessibles. C’est tout de même un musée très riche auquel on consacre facilement une demi journée.

Le Mont Wellington

Visite d'Hobart - Mont Wellington - Le Salon d'Embarquement

Ici, deux options ! La version sportive ou la version tranquille. Nous avons choisi la sportive sur les conseils de personnes rencontrées au Cape Raoul. Il s’agit de monter via la Ice House Track puis de redescendre via la Zig Zag Track, éventuellement en faisant un petit détour par la Organ Pipe Track pour voir les organ pipes du Mt Wellington (grandes colonnes de dolérite, comme au Cape Raoul).

C’est vraiment une version sportive, il faut bien compter 4h pour la boucler. La montée est assez difficile mais le cadre est joli. Le retour est (très) pentu et offre une belle vue sur Hobart. C’est vraiment ce sens que je conseille de suivre et pas l’inverse car on profite mieux des paysages et que la pente est meilleure.

Visite d'Hobart - Mont Wellington - Le Salon d'Embarquement

En haut du Mt Wellington et par temps dégagé, la vue porte sur tout Hobart et les péninsules environnantes. Sans doute en raison de sa popularité, le sommet est également accessible en voiture. C’est la version tranquille : profiter de la vue sans l’effort de la randonnée. Attention tout de même, du fait de la hauteur et des vents du sud, il fait froid. On perd 10 degrés par rapport à la ville.

[Jour 3] Finir sans savoir quoi penser

Avec la visite du MONA (Museum of Old and New Art). Il s’agit d’un musée privé fondé par David Walsh, un milliardaire du coin qui a fait fortune grâce aux paris en ligne. Je ne sais pas grand chose sur ce monsieur, mais si le musée lui ressemble un peu alors il est très excentrique !

Visite d'Hobart - MONA - Le Salon d'Embarquement
Les places de parking du propriétaire des lieux donnent le ton

Si vous avez déjà eu l’impression que les artistes et autres se moquent un peu du monde (cf. Les Nuits Blanches), c’est le musée idéal. Ici, pas de petit panneau avec le nom de l’artiste, le titre, tout ça, mais juste un iPod fourni à l’entrée grâce auquel on se géolocalise pour lire ou écouter des explications sur les oeuvres. Jusque là rien de transcendant me direz vous ! Oui, sauf quand vous pouvez lire du « art wank » pour tout apprendre sur l’oeuvre et l’artiste ou alors cliquer sur « gonzo » pour les petits bonus… Avec les logos qui vont bien, évidemment. On est loin des clichés snobs de l’art !

Visite d'Hobart - MONA - Le Salon d'Embarquement

Quand nous y sommes allés, il y avait une exposition temporaire que l’origine de l’art. En gros monsieur Walsh avait demandé à quatre de ses potes scientifiques de créer une collection d’oeuvres qui représentent selon eux l’origine de l’art. Tout ça dans le but « d’embêter tous les snobs de l’art » pour dire les choses poliment. C’était pour moi la partie la plus intéressante de la visite, même si j’étais loiiiiiin d’aimer toutes les œuvres présentées.

Le reste du musée contenait la collection permanente. Il s’y trouve des œuvres de toutes les époques, ça va de la momie égyptienne à l’instalation inspirée des recherches du CERN en passant par de l’art aborigène contemporain. C’est un mélange de tout et les installations sont parfois très originales ! Par exemple, la momie est dans une salle entourée d’eau et plongée dans le noir que l’on ne peut visiter que deux par deux. Pour ajouter à l’ambiance, la seule autre œuvre de la salle est la photographie presque morbide d’une personne atteinte du sida, comme un clin d’oeil aux malédictions des pyramides…

Visite d'Hobart - MONA - Le Salon d'Embarquement

Visite d'Hobart - MONA - Le Salon d'Embarquement

Au cours de la visite, j’ai aussi pu m’essayer au dessin avec un  miroir, une technique qui aurait peut-être été utilisée par Vermeer… En gros ça consiste à placer un miroir proche de sa toile pour essayer de tracer les contours de l’image dans le miroir. Cette théorie a été émise par Thomas Jenison, mais elle est très controversée (parce qu’on ne doit pas toucher à Vermeer ?) . Au MONA, on peut essayer de dessiner avec cette technique et se faire son idée.

Pour en savoir plus à ce sujet, n’hésitez pas à lire cet article du Huffington Post.

Visite d'Hobart - MONA - Le Salon d'Embarquement
Le dessin au miroir de Thibault et le mien… D’après une photo de Thomas Jenison

Enfin, pour finir de vous dresser le portrait de ce musée hors du commun, sachez qu’on y trouve une version de Cloaca, la Cloaca Professional, commandée spécialement par David Walsh, et qui est en fait une machine à faire des crottes. Elle reproduit la digestion humaine, il faut la nourrir régulièrement, et les crottes se vendent. Bon en revanche l’odeur dans la salle est immonde…

Nous avons passé la journée dans ce musée et avons tous les deux beaucoup apprécié donc ça me fait dire qu’il vaut son prix. A 26$ l’entrée j’étais plus que sur la réserve mais je n’ai aucun regret !

Visite d'Hobart - MONA - Le Salon d'Embarquement

Voilà pour l’itinéraire de visite d’Hobart ! J’ai complètement adoré de cette ville et ses douches chaudes et l’ambiance qui y règne. Elle mèle à la fois un côté très nature et sport et un côté plus paisible et artistique qui me font penser qu’il doit être agréable d’y vivre… A condition d’en supporter la météo hivernale, qui n’est sans doute pas la plus clémente !

Une réponse à « Visite d’Hobart, capitale de la Tasmanie  »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *