Du raisin, des gens, Adelaide et du suspense


Tranches de vie du WHV / mercredi, avril 12th, 2017

Helloooo! Plus d’un mois que je n’ai pas vraiment écrit ici… Désolée de cette absence inexpliquée. Que s’est il passé durant cette période ? Les réponses tout de suite !

On a travaillé.

Vignes Coonawara

En rentrant de Tasmanie, Thibault et moi voulions vraiment trouver un travail donc nous avons visité la Great Ocean Road et ensuite, au boulot ! On a travaillé deux semaines et demie dans les vignes de Coonawara. C’est une région viticole australienne autour de Penola, en South Australia mais très proche du  Victoria. Le climat y est décrit comme cool même si nous, on l’a plutôt ressenti super hot ! Il a souvent fait au dessus de 30, quasiment toujours au dessus de 20… Enfin jusqu’à ce qu’il pleuve et que le travail s’arrête…

On travaillait pour Chris, un Australien de la pampa en tous points égal au cliché de l’australien de l’outback. (= le redneck américain en version australienne.) C’était assez difficile de savoir sur quel pied danser mais il nous aimait bien donc ça allait. Les allemands en revanche… Aie aie aie ! Il les détestait tous sauf un, « the only german with a brain » . Le travail lui était plutôt facile. Il s’agissait de thinning, c’est-à-dire couper certaines grappes de raisin pour laisser plus de place aux autres. Bien évidemment on coupe en priorité les grappes moches, brûlées par le soleil ou encore vertes.

C’est un travail qui fait un peu mal au bras, aux épaules et au dos parce qu’il faut soulever les branches de vigne, s’y faufiler et souvent regarder vers le bas. Mais finalement, c’est surtout la main qui souffre ! A force de manier le sécateur, j’avais les articulations de la main droite douloureuses chaque matin. Heureusement, le salaire n’était pas trop mal… Si l’on omet les 3 ou 4 premiers jours qui sont sous payés parce qu’on n’a pas encore le rythme.

On s’est socialisés

Socialisation Penola
Les soirées au clair de lune

Et ça a fait du bieeeeen de parler à d’autres gens ! Le groupe auquel nous appartenions était composé de 10 à 15 personnes. Parmi elles, des Français bien sûr, mais aussi des Allemands, des Danois, des Belges, un Australien et une Écossaise.
Tous les jours en sortant du travail nous nous retrouvions à la piscine de Penola pour nous laver (tâche ô combien nécessaire), débriefer sur la journée écoulée et nous détendre. Ensuite nous mangions ensemble au free camp de la ville, avant d’aller nous coucher à l’heure très tardive de 21h30… Avec le réveil à 5h30 le matin et la journée passée debout à arpenter les vignes, autant dire qu’on était bien claqués !

Et le week-end ? Le week-end, on ne travaillait pas… Mais je n’ai pas pris le temps d’écrire pour autant. En effet, j’ai préféré partir en exploration, lire, travailler sur la voiture (on a des rideaux !), parler, etc.

Couture des rideaux
En pleine couture des rideaux

 

On a (re)visité Adelaide

où nous avions déjà passé Noël.

Adelaide

On s’y est trouvés en pleine saison des festivals, avec le Fringe et le WOMAdelaide qui battaient leur plein. L’idéal aurait été de faire un tour au WOMAdelaide, un festival de musiques du monde, mais à 200$ l’entrée, non merci. A la place nous avons été voir un show au Fringe, un festival de spectacles. Il s’agissait d’un duo de comiques, Zack & Viggo, drôles mais pas hilarants.

Adelaide
Roses du jardin botanique

On a aussi profité d’être en ville pour visiter les musées qui étaient fermés pendant la période de Noël. La South Australian Gallery est un musée plus culturel, avec des expositions sur les aborigènes (un must see), les mammifères, les dinosaures, les pierres précieuses… Et la Art Gallery of South Australia est, comme son nom l’indique, une galerie d’art.

Adelaide
Serre des cactus et succulentes du jardin botanique
Adelaide
Une église en ville

Nous avons suivi une visite guidée à la Art Gallery, elle était assez intéressante. En revanche, j’ai été choquée par une chose, c’est qu’au cours de la visite, parfois même seulement au bout d’un quart d’heure, certaines personnes partaient tout simplement. Je trouve ça hyper impoli et irrespectueux ! Est-ce que c’est un comportement normal en Australie ? Je ne sais pas, mais ce n’est pas parce que c’est gratuit que l’on peut se permettre n’importe quoi. Enfin bref, passons.

Et on a déménagé

Le thinning de raisin était terminé et on a attendu une dizaine de jours dans l’espoir que le picking commence… Ce qui n’est arrivé que quand on a décidé de partir tenter notre chance ailleurs. Pas de regret pour nous, finalement on trie des pommes de terre dans le Victoria ! Mais ça, c’est pour le prochain épisode…

Des bisous !

Une réponse à « Du raisin, des gens, Adelaide et du suspense »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *