Des patates à Ballarat


Tranches de vie du WHV / vendredi, avril 14th, 2017

Hello! Comme promis voici la suite des aventures de ces derniers jours. Après avoir quitté Penola, Thibault et moi nous sommes dirigés vers le Queensland, au Nord-Est du pays. Soleil et chaleur nous tendaient les bras ! Pour savoir un peu plus précisément où aller (ie: où il y a du travail), nous avons téléphoné au Harvest Trail, un numéro du gouvernement australien qui relaie des offres d’emploi dans l’agriculture.

Avoca sur la route de Ballarat pommes de terre patates
Petit détour obligatoire par Avoca

Sauf que… La dame au bout du fil nous a informés qu’il valait mieux éviter le coup Queensland parce qu’un cyclone s’y dirigeait… Oui oui on parle bien de Debbie ! Heureusement qu’on a appelé finalement. Nous restons par conséquent dans le Victoria.

Après quelques recherches, on trouve un travail dans une ferme de pommes de terre à Ballarat. On va faire du potato sorting !

Trier les patates, c’est comment ?

Poussiéreux. C’est LE mot qui définit le mieux notre quotidien. La terre vient partout, dans les cheveux, les yeux, le nez, partout. On sort du travail comme si on avait bronzé.

Sales travail Ballarat pommes de terre patates
Bronzage parfait 👌

Sinon, on est dans une remorque à l’arrière d’un tracteur, le harvester, et les patates passent devant nous sur un tapis roulant. Il n’y a en général que Thibault et moi dans le harvester. On doit enlever les mottes de terre, les branches, les cailloux, les pommes de terre vertes, les pourries… Enfin bref, tout ce qui ne se mange pas. Ces pommes de terre sont ensuite versées dans une benne à l’arrière du tracteur et qui peut en contenir jusqu’à 4 tonnes. Ça prend environ 30 minutes de la remplir. Enfin la benne est vidée dans un tracteur qui peut contenir 8 tonnes de patates. C’est un vrai déluge de pommes de terre qui a lieu à ce moment là, je n’aimerais pas me retrouver en dessous.

Harvester Ballarat pommes de terre patates
Dans le harvester

En lui même le travail n’est pas passionnant, on ne peut même pas vraiment parler tant le harvester est bruyant. Heureusement ce n’est pas trop physique non plus, et les personnes pour lesquelles nous travaillons sont sympas. Il s’agit d’une famille, les Stephens, qui exploite la ferme de père en fils. Honnêtement, HEUREUSEMENT que c’est une famille parce que vu comment ils se crient dessus à longueur de journée je ne sais pas comment la ferme marcherait si ce n’était pas le cas. Extraits :

What the fuck are you doing on the fucking trailer?

Get the fuck off!

This little bugger only does what he wants to!

Et autres phrases au langage fleuri qui nous font bien rire.

Et mis à part des patates, on fait quoi à Ballarat ?

Pas grand chose. Avec nos horaires (8h-18h), les temps de trajet et la nuit qui tombe vers 19h on n’a que des possibilités limitées. Heureusement, il nous reste les week-ends !

Piscine Ballarat Pommes de terre Patates

Ballarat dispose d’un « aquatic and lifestyle center » qui est en fait une piscine avec spa (jaccuzzi + hammam) à côté d’une salle de sport. Coup de chance, le Victoria organise « Active April », pour promouvoir l’activité physique. Concrètement, on peut accéder gratuitement dix fois au lifestyle center et à l’ensemble des aménagements ! On en profite bien.

Café kindle - Pommes de terre patates Ballarat
Café, lecture, la recette du dimanche

Nos week-ends nous servent aussi à réaliser nos corvées type lessive et plein de course, et à nous reposer. Je ne sais pas comment il est possible que nous soyons aussi fatigués, c’est peut-être aussi l’arrivée de l’hiver qui joue, mais on est crevés. Du coup on la joue tranquille. Ça fait d’ailleurs du bien à nos articulations, puisqu’à cause du travail, Thibault a choppé une tendinite au poignet et que j’ai les majeurs enflammés.

Pommes de terre patates Ballarat

Voilà pour notre quotidien depuis deux semaines maintenant. J’appréhende un peu l’arrivée du froid et de l’hiver, et surtout les affronter en ayant une voiture pour maison. Heureusement, nous avons trouvé un camping sympa avec une salle commune. Ce quotidien devrait durer environ 5 semaines donc fin avril/mi mai je pense que nous repartirons vers de nouvelles aventures. En attendant, les pommes de terre risquent de prendre une part non négligeable de notre régime alimentaire…
A plus !

AA

Une réponse à « Des patates à Ballarat »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *